Ben Sultan révèle une partie des pourparlers entre les Palestiniens et l’Arabie saoudite, l’Amérique et Israël

Une fois de plus, l’ancien chef du renseignement saoudien, le prince Bandar ben Sultan, a révélé une partie des discussions qui ont eu lieu entre les dirigeants palestiniens et saoudiens d’un côté, et l’Amérique et Israël de l’autre.

Dans la deuxième partie d’un entretien avec «Bandar ben Sultan», diffusé mardi soir sur la chaîne «Al Arabiya», Ben Sultan a souligné que la question palestinienne est au cœur de tout pourparlers saoudo-américains.

Il a également indiqué que feu le roi Fahd ben Abdul Aziz avait caché au président américain Jimmy Carter le rejet de l’ancien président palestinien Yasser Arafat, son initiative visant à préserver la cause palestinienne.

Il a souligné que le roi Fahd avait une vision stratégique et, pour ces raisons, il a aidé feu le président américain Ronald Reagan au Nicaragua.

Il a expliqué: “Nous avons eu une initiative de Reagan, et j’ai présenté l’affaire à Abu Ammar, alors il a emprunté mon avion pour voir le reste des dirigeants palestiniens, et il a disparu un mois au cours duquel il est allé en Corée et est revenu après que les Américains aient retiré leur offre.”

Dans le contexte également, l’ancien ambassadeur du Royaume à Washington a souligné qu’aucun responsable saoudien n’est venu parler de ce que faisaient les dirigeants palestiniens, car l’Arabie saoudite entend servir le peuple palestinien.

Il a également noté que la question palestinienne continuait de souffrir du gaspillage et de la perte d’opportunités de la part des dirigeants palestiniens.

D’un autre côté, Bandar ben Sultan a indiqué que le roi Fahd était intervenu pour arrêter les attaques d’Israël contre les Palestiniens au Liban, et avait forcé les Américains à modifier un discours de Reagan appelant à une initiative de paix entre l’Arabie saoudite et Israël.

D’autre part, le prince Bandar ben Sultan a affirmé que feu le président égyptien Hosni Moubarak était au courant de l’accord d’Oslo par le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et non par le défunt président Yasser Arafat.

Il a confirmé qu’Arafat pensait que Camp David était 10 fois meilleur que les accords d’Oslo et a demandé que des clauses soient incluses dans l’accord de Camp David, mais sa demande a été rejetée.

En outre, il a souligné que le soutien à la cause palestinienne passe par des positions et des actions et non par des slogans et des enchères, soulignant que ce qui fait le plus mal est la perte d’opportunités perdues et la tragédie qu’elle provoque, soulignant que la première victime est le peuple palestinien.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page