fbpx

Deux soldats turcs en Haftanin et un certain nombre de mercenaires tués en Libye

Deux soldats turcs ont été tués et deux autres blessés dans une attaque au mortier de combattants kurdes dans la région de Haftanin, dans le nord de l’Iran, a rapporté mercredi soir le ministère turc de la Défense, précisant qu’Ankara avait ordonné des représailles.
Des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation qu’Ankara considère comme terroriste, ont lancé une “attaque d’intimidation” contre les forces turques, a déclaré le ministère dans un communiqué. En représailles, a-t-il ajouté, des “cibles identifiées dans la région” ont été immédiatement frappées et détruites.
Par la suite, dans un nouveau communiqué, le ministère turc de la Défense a indiqué que des avions turcs ont frappé quatre cibles dans la région et tué huit combattants du PKK.

En Libye, le porte-parole de la LNA, Ahmed al-Mismari, a écrit sur Twitter que «nous avons répondu à une attaque d’un véhicule blindé turc ACV-15. Il a été détruit et les terroristes ont été neutralisés. Les milices ennemies ont refusé de recevoir les corps. Nous demandons maintenant aux autorités turques de communiquer avec nous pour recevoir le véhicule blindé turc avec les corps à l’intérieur. » Le général de division Al-Mabrouk Al-Ghazwi, commandant des opérations de la région de l’Ouest, a déclaré qu’ils possédaient les corps de 4 soldats turcs et d’un chef de file des mercenaires syriens. Al-Ghazwi a déclaré que cela ne les dérangeait pas de les remettre à leurs familles en Turquie via le Croissant-Rouge libyen.

La Force de protection de Tripoli, composée de diverses brigades armées fidèles au gouvernement d’accord national (GNA) de Fayez al-Sarraj, a annoncé dans un bref communiqué que son artillerie avait bombardé des positions «ennemies» à Ain Zara où l’ALN progressait. Samedi, le commandement général de l’ANL a salué l’appel international à un cessez-le-feu pour des raisons humanitaires afin de lutter contre les (possibles) infections à coronavirus, mais l’a averti: «Le commandement général est attaché au cessez-le-feu tant que les autres parties restent engagées. Cependant, le commandement général n’acceptera pas d’être le seul parti tenu aux normes du cessez-le-feu alors que les milices terroristes et les mercenaires sont laissés à faire des ravages et à terroriser Tripoli dans ces conditions difficiles du Coronavirus. »

par: Arab Observer

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer