Korchid: on doit affronter le dangereux projet turc en Tunisie

 

Le député du bloc parlementaire Tahya Tounes, Mabrouk Korchid qui avait été menacé par un membre du mouvement des Frères Ennahdha, avait appelé pendant des jours à confronter le plan turc, qu’il a décrit comme dangereux et menaçant la sécurité nationale tunisienne.

L’avocat et député du bloc parlementaire Tahya Tounes à l’ARP, Mabrouk Korchid a publié sur sa page Facebook, un vidéo dans laquelle il a tenu à démontrer qu’à travers l’affaire de l’avion turc supposé avoir ramené des aides au peule libyen et qui a atterri à Djerba, le pouvoir turc a voulu humilier et harceler la diplomatie et la présidence tunisiennes et les impliquer de force, dans le jeu des axes en conflit en Libye.

Korchid s’est, en effet, demandé si la cargaison de l’avion était destiné aux libyens, pourquoi n’a-t-il pas atterri à Maitiga ou Misrata, puisque ces deux aéroports étaient opérationnels, et celui de Misrata enregistre un ballet incessant d’avions en provenance du Qatar et de la Turquie ?
Pourquoi la présidence de la République a dû faire une déclaration à propos de cet avion en fin de soirée ? Est-ce que le président n’en a été informé qu’à ce moment là!

Korchid s’est par ailleurs, posé la question de savoir quel lourd secret il y avait derrière cette cargaison pour que le frère du président de la République se sente, le lendemain, obligé d’invoquer des raisons humanitaires pour expliquer l’accord donné à cet atterrissage.

Les questions ne s’arrêtent pas à ce point, puisque par la suite on a déclaré que la moitié de la cargaison était destinée à rester en Tunisie, pour justifier le passage par l’aéroport de Djerba. Pourtant, tous les colis portaient les drapeaux turc et libyen donc, ils ne concernaient pas la Tunisie.
Si vraiment il y avait des produits pour la Tunisie, pourquoi l’avion n’a-t-il pas atterri à Tunis-Carthage ?

Ensuite, Korchid s’est demandé pourquoi est ce que l’ambassadeur turc se déplace de nuit à Djerba, en compagnie d’un conseiller de l’islamiste Abdellatif Makki, pour réceptionner le contenu de l’avion, alors que la présidence avait annoncé que çà serait fait par la garde nationale et la douane tunisienne ?
Si c’étaient des aides humanitaires n’aurait-il pas mieux valu charger la croix rouge internationale et le croissant rouge tunisien de les réceptionner et de les acheminer à qui de droit ?

Korchid en a conclu que l’affaire n’était pas si simple et qu’elle est le témoin d’un harcèlement voulu par la Turquie à l’égard de la diplomatie tunisienne et du président de la République pour les humilier et les impliquer de force dans le bourbier libyen.
Le but de la Turquie étant d’impliquer la Tunisie dans la politique des axes en conflit en Libye par la force du fait accompli en lui intimant de s’aligner derrière l’axe turco-qatari.

Korchid a ajouté que Kais Saied a voulu montrer qu’il était réticent à cette manœuvre, en annonçant qu’il allait charger la garde nationale et les douanes de vérifier et d’acheminer les colis en Libye, mais il n’a pas pu faire face à la force du courant, Il a ajouté que le président aurait dû refuser l’opération en entier.

par: Arab Observer

 

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer