L’armée libyenne pose ses conditions pour résoudre la crise dans le pays

L’Armée libyenne (ANL) a stipulé l’arrêt du transfert de mercenaires, refusant de désarmer les villes de Syrte et Al Jufrah, avec la présence des Turcs dans le cadre de toute initiative ou proposition de solution.

Un responsable militaire au commandement général de l’armée libyenne a annoncé que l’armée libyenne avait des réserves sur toute voie politique pour résoudre la crise libyenne, et ses résultats ou accords ne prennent pas en compte le démantèlement des milices armées et l’expulsion des mercenaires et des Turcs du pays.

Le général de division Khaled Al-Mahjoub, directeur du département de l’orientation morale au commandement général de l’armée, a déclaré mercredi dans un communiqué de presse que le problème ne résidait pas dans la signature d’accords, mais plutôt dans la mise en œuvre de leurs dispositions, indiquant qu’il existe plusieurs accords dont les fondamentaux ont été falsifiés, y compris l’accord de Skhirat, de sorte que les milices n’ont pas été démantelées.

Les forces armées et leur désarmement sont ceux qui empêchent la stabilité, la sécurité et la mise en place d’institutions, soulignant que l’ampleur du problème libyen a augmenté aujourd’hui avec les mercenaires étrangers et les envahisseurs turcs, et la conclusion d’accords pour vendre la patrie et compromettre sa souveraineté en ciblant des bases militaires et des ports maritimes.

Cela est venu en réponse à l’escalade du mouvement politique et aux discussions entre les parties concernées par la crise libyenne dans le but de parvenir à un accord sur les points de discorde entre les factions libyennes de l’Ouest et de l’Est, alors que les sessions de dialogue entre les délégations du Conseil suprême d’État et du Parlement libyen se poursuivent dans la ville marocaine de Bouznika, dans un secret extrême sur ses discussions et conclusions.

en notant qu’il y a de différences sur la division des positions souveraines et la répartition géographique et institutionnelle des régions du pays, une délégation libyenne est également arrivée en Égypte pour présenter une nouvelle proposition sur Syrte et instaurer un cessez-le-feu.

Cette initiative prévoit également le gel de l’expansion des réunions de dialogue politique au cours de la période actuelle, en mettant l’accent sur la tenue d’élections en décembre 2021, sous la surveillance arabe, africaine et internationale, accélérant les négociations économiques et assurant le mécanisme de distribution des recettes pétrolières de la réouverture des exportations de pétrole.

La ville stratégique de Syrte a longtemps été un obstacle majeur à un cessez-le-feu entre les forces armées soutenues par Ankara de l’Accord de Tripoli et l’armée libyenne dirigée par Khalifa Haftar, les deux parties affirmant ne pas abandonner cette ville côtière.

Alors que les Nations Unies ont mis en garde à plusieurs reprises contre la poursuite de l’accumulation militaire des deux factions belligérantes dans la ville, la Turquie a déclaré plus d’une fois que quitter cette ville est une perte pour le gouvernement  d’union nationale .

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer