L’UGTT condamne l’incitation d’Ennahdha à des partis étrangers contre la Tunisie

L’instance administrative nationale de l’Union générale tunisienne du travail (L’UGTT), réunie hier mardi 3 août 2021, a exprimé son rejet de l’ingérence de certains pays dans les affaires intérieures tunisiennes avec une logique de tutelle, et il a condamné le recours des dirigeants d’Ennahdha des partis étrangers et à leur incitation contre la Tunisie.

Le communiqué a souligné l’indépendance de la décision nationale et la croyance en la capacité des Tunisiennes et Tunisiens à résoudre leurs problèmes loin de la dépendance et de l’alignement.

Dans un communiqué, la centrale syndicale de l’UGTT a condamné le recours des dirigeants du mouvement Ennahdha au harcèlement et à l’incitation de parties étrangères contre la Tunisie, comme l’appel à suspendre l’approvisionnement en vaccins. Elle a également condamné les menaces du chef du mouvement Ennahdha de violences internes, ce qui constitue une menace pour les intérêts de la Tunisie.

Les membres de l’organe administratif ont également rappelé que les mesures exceptionnelles prises par le Président Kais Saied étaient une réponse aux revendications populaires et une solution définitive à la complexité de la crise que traverse le pays en l’absence de toute indication d’autres solutions.

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a appelé à la formation d’un cabinet restreint chargé d’assurer des tâches spécifiques, dans les plus brefs délais.

“Il faut impérativement former un gouvernement qui sera dirigé par un homme doté de compétences dans le domaine économique et qui est reconnu comme étant un fin connaisseur de la réalité économique et sociale tunisienne et des défis du moment”, a-t-il déclaré.

Taboubi a souligné que le cabinet gouvernemental doit être restreint et chargé d’assurer des tâches spécifiques dans la période à venir.

Le secrétaire général de l’UGTT a ajouté que la commission administrative de la Centrale syndicale a souligné que la formation du gouvernement devrait se faire selon “une approche participative”.

“Nous avons demandé au Président de la République de nous communiquer la vision future et la direction que va prendre la Tunisie afin que nous puissions avoir une lecture critique positive ou le soutenir dans sa démarche”, a-t-il conclu.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page