Moussi met en garde contre la pénétration de l’Union de Qaradawi en Tunisie

La présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi, a mis en garde, vendredi soir, contre le danger de la pénétration continue de l’Union de Qaradawi en Tunisie, qui reçoit des fonds étrangers et sert les agendas étrangers liés à l’organisation de la Fraternité, sous le couvert des formations qu’elle propose à la jeunesse tunisienne en formation juridique.

Moussi a souligné qu’il n’y a pas de dialogue avec les parties qui ont détruit l’Etat tunisien, soulignant que Qaradawi avait précédemment émis une fatwa sur les massacres et la destruction, et nous ne nous soumettrons pas au fait accompli imposé par les Frères musulmans en Tunisie, en réponse aux accusations de l’Union qatarie des savants musulmans.

L’Union de Qaradawi constitue aujourd’hui le cheval de bataille de la tonitruante et très déterminée présidente du PDL, qui entend mettre à nu et livrer une bataille au projet sociétal islamiste en Tunisie, aux antipodes de l’Etat national moderne préconisé par Habib Bourguiba, le fondateur du Néo-Destour, ancêtre du PDL.

Le parti destourien libre (PDL) présidé par Abir Moussi a entamé, ce lundi 16 novembre 2020, le sit-in « de la colère » devant le siège de l’Union des Oulémas Musulmans à l’Avenue Kheireddine Pacha à Tunis, comme déjà annoncé par la présidente du parti.

Moussi a expliqué: «Nous sommes en colère contre l’échec de l’État à lutter contre le terrorisme et nous sommes en colère contre le fait qu’il cède la place à des organisations qui violent le système éducatif, confondent la religion et l’État et menacent la Tunisie civile».

L’Union des Oulémas Musulmans avait décidé de poursuivre en justice le Parti constitutionnel libre, dirigé par Abir Moussi, dans le contexte du sit-in qu’il menait devant son siège à Tunis, pour lui demander de cesser ses activités et de l’expulser du pays, en raison de son implication dans la propagation de l’extrémisme, le soutien au terrorisme en Tunisie et menaçant sa sécurité nationale.

A travers une vidéo publiée sur sa page officielle, la présidente du PDL, Abir Moussi, a déclaré que des sécuritaires se sont rendus aujourd’hui sur les lieux du sit-in, affirmant qu’ils sont venus sur ordre du ministère public

Rappelant que la plainte déposée par l’Union des Oulémas Musulmans date de près de 24H, la politicienne a dénoncé, la justice de deux poids deux mesures. “Le ministère public agit vite quand le plaignant est l’Union de Qaradawi, a-t-elle estimé.

Abir Moussi a, par ailleurs, déclaré que le sit-in du PDL est légal et pacifique et qu’aucun des protestataires n’a bloqué l’accès à la porte des locaux de l’association.

par: Arab Observer

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page