L’Autorité palestinienne assassine l’opposant Nizar Banat dans l’une de ses prisons

Des militants et des politiciens ont lancé des appels à manifester à Ramallah contre l’assassinat politique de l’opposant palestinien et candidat aux élections législatives, Nizar Banat, qui a été arrêté par les services de l’Autorité palestinienne affiliés à Mahmoud Abbas en Cisjordanie à l’aube ce jeudi, et l’a emmené dans l’une de ses prisons en Cisjordanie, puis a annoncé sa mort.

Jibreen al-Bakri, gouverneur d’Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, a annoncé ce jeudi la mort du militant et l’opposant Nizar Banat, après son arrestation par les forces de l’ordre palestiniennes.

Al-Bakri a déclaré dans un communiqué de presse, qu’un groupe des forces de l’ordre palestiniennes a procédé à l’arrestation de Banat aujourd’hui à l’aube, sur émission d’un mandat d’arrêt par le ministère public, “au cours de son arrestation, son état de santé s’est détérioré et il a été transféré à l’hôpital gouvernemental d’Hébron, où sa mort a été annoncée, en soulignant que le ministère public s’est rendu à l’hôpital, après l’annonce du décès, et a entamé ses procédures.

Pour sa part, la famille du militant palestinien Nizar Banat a confirmé dans des communiqués de presse : Ce qui s’est passé avec Nizar est un assassinat prémédité après qu’une force de sécurité a pris d’assaut sa résidence à l’aube aujourd’hui, soulignant que Nizar a été sévèrement battu par 20 soldats de la sécurité de Il a été arrêté nu et emmené vers une destination inconnue avant l’annonce de sa mort.

Pour sa part, la famille du militant palestinien Nizar Banat a confirmé dans des communiqués de presse : Ce qui s’est passé avec Nizar est un assassinat prémédité après qu’une force de sécurité a pris d’assaut sa résidence à l’aube aujourd’hui, soulignant que Nizar a été sévèrement battu par 20 soldats de la sécurité, et qu’il a été arrêté nu et emmené vers une destination inconnue avant l’annonce de sa mort.

La famille a déclaré qu’à exactement 3h30 du matin, une force du Service de sécurité préventive et renseignement général, composée de 25 officiers et d’un élément de sécurité, a pris d’assaut l’une des maisons de la famille dans laquelle vit Nizar et a fait sauter les portes et les fenêtres, et pris d’assaut les lieux par la force, sans montrer aucun mandat d’arrêt.

La famille a ajouté qu’ils l’avaient immédiatement frappé avec des matraques sur la tête et des morceaux de fer, puis ils avaient complètement vidé trois bidons de gaz poivré dans sa bouche et sur son visage, et il était toujours en vie, et ils l’ont traîné au sol d’une manière indigne de tout citoyen palestinien ou de tout militant politique, et ils l’ont battu à coups de crosse de fusil et de pistolet, et ils l’ont transféré vers une destination inconnue.

Et elle a ajouté : Dans cette mesure, vous nous êtes arrivés, pour nous tuer avec préméditation et puis vous dites qu’il est mort d’une crise cardiaque, et qu’en est-il des coups mortels auxquels Nizar a été soumis, notamment sur la tête ?!

La famille a également confirmé dans sa déclaration : Après cela, une délégation familiale s’est rendue à l’hôpital d’Alia pour voir le corps de Nizar et l’examiner de près, mais nous n’avons pas trouvé le corps de Nizar, et nous sommes allés dans les trois principaux hôpitaux d’Hébron et n’avons pas trouver le corps de Nizar, et nous exigeons la plus haute pyramide de cette autorité de son aîné à son plus jeune pour révéler immédiatement l’emplacement du corps de Nizar.

Plusieurs instances de défense des droits humains et patriotiques ont condamné l’arrestation de Nizar Banat à des époques antérieures, et l’arrestation politique sur la base de l’opinion, dont le Front populaire, qui a appelé la direction de l’autorité et ses services de sécurité à arrêter cette approche politique destructrice, soulignant que faire face à ces pratiques répressives est une responsabilité nationale et populaire urgente pour mettre un terme à ce déclin dangereux.

Dans le même contexte, le porte-parole du Mouvement Jihad, Tariq Salmi, a condamné et dénoncé dans les termes les plus forts le crime qui a conduit au martyre de l’opposant politique Nizar Banat, et la honte de tous ceux qui ont attaqué le combattant national et donné des ordres à l’arrêter et le battre brutalement.

De son côté, Sami Abu Zuhri, membre du bureau politique du Hamas, a condamné l’assassinat du militant et candidat parlementaire Nizar Banat par les services de sécurité de l’AP, ce qui reflète la politique sanglante de l’autorité en matière de règlement de comptes.

Il a également demandé le procès des tueurs, en considérant le Premier ministre Muhammad Shtayyeh porte la responsabilité principale du crime.

Ghassan Jadallah, un leader du courant de réforme démocratique dans le mouvement Fatah, a souligné que le meurtre du citoyen Nizar Banat, un militant politique et candidat à l’adhésion au Conseil législatif, nécessite une réponse nationale, publique et fractionnelle de l’ampleur de toute la haine et la méchanceté que l’autorité nourrit contre ses opposants.

Banat, militant et opposant “indépendant “, originaire de la ville de Dura dans le gouvernorat d’Hébron, était connu pour ses critiques virulentes à l’égard de l’Autorité palestinienne, et a été arrêté à plusieurs reprises par les services de sécurité.

Banat a formé la liste Liberté et Dignité pour se présenter aux élections du Conseil législatif, qui étaient prévues pour le 22 mai, avant que ladite liste ne soit annulée par décret présidentiel (le 30 avril dernier).

Le militant avait suscité la controverse au sein de l’opinion palestinienne, après avoir exigé que l’Union européenne cesse de soutenir financièrement l’Autorité palestinienne, suite à la décision d’annuler les élections.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page