Stephanie Williams souligne la nécessité de retirer les mercenaires de Libye

Stephanie Williams, la Représentante par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Libye, a souligné dans des communiqués de presse, samedi, la nécessité de retirer les forces étrangères et les mercenaires de Libye, dans les 90 jours suivant la signature du cessez-le-feu, et de faire avancer les pourparlers politiques.

La Représentante par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Libye a confirmé qu’il était inacceptable que du matériel militaire continue d’entrer en Libye au quotidien, faisant référence à la Turquie et à la violation croissante des résolutions de l’ONU sur l’embargo sur les armes imposé au pays.

Stephanie Williams a également appelé à la protection de la ville de Syrte et des zones stratégiques qui l’entourent, où se trouvent les sources de pétrole libyennes.

Dans ses déclarations, elle a souligné: «Nous accordons une grande importance à la protection de la ville de Syrte et d’autres zones peuplées de la région centrale de la Libye. Je tiens également à souligner qu’il s’agit du cœur de l’infrastructure pétrolière en Libye, car le croissant pétrolier est situé dans la région centrale, dont plus de 90 % de la richesse de la Libye provient du pétrole, c’est pourquoi nous devons protéger l’infrastructure pétrolière là-bas.

Et elle a poursuivi: “Il y aura un examen périodique de la Banque centrale libyenne dans la capitale, Tripoli”, notant que les élections répondront à la crise de légitimité dans le pays.

La Turquie continue de violer les décisions de l’ONU et les promesses internationales de l’embargo sur les armes imposé à la Libye, et elle continue d’envoyer des dizaines de cargaisons de mercenaires, d’armes et d’explosifs en Libye, qui souffre de conflits internes en cours, que ce soit entre les chefs de milice et certains d’entre eux ou avec des chefs de mercenaires.

La Turquie a envoyé environ 18 000 mercenaires syriens, dont 350 enfants de moins de 18 ans, dont environ 8 500 sont rentrés après la fin de leurs contrats, tandis que le nombre de terroristes appartenant à des organisations extrémistes a atteint 10 000, dont 2 500 titulaires de nationalité tunisienne, selon les estimations de l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page