Trump reçoit Netanyahu avant de présenter un plan de paix

Donald Trump reçoit lundi son “ami” Benjamin Netanyahu avant de présenter un plan de paix jugé “historique” par Israël mais rejeté par avance avec force par les Palestiniens.

Le locataire de la Maison Blanche, qui a confié dès son arrivée au pouvoir il y a trois ans ce dossier sensible à son gendre Jared Kushner, répète qu’il aimerait “vraiment” réussir là où tous ses prédécesseurs ont échoué.

Mais il n’a jamais expliqué jusqu’ici comment il entendait faire revenir à la table des négociations des Palestiniens qui jugent que Washington n’a plus la crédibilité nécessaire pour agir en médiateur.

Le programme, étalé sur deux jours à la Maison Blanche, s’annonce chargé.

Lundi, le président américain et le Premier ministre israélien, qui ne tarissent jamais d’éloges l’un sur l’autre, se retrouveront dans le Bureau ovale. Cette rencontre sera suivie d’un tête-à-tête entre le milliardaire républicain et Benny Gantz, chef de l’opposition israélienne.

Selon le programme diffusé par l’exécutif américain, aucun de ces rendez-vous, qui interviennent un mois avant un nouveau scrutin dans l’Etat hébreu, ne sera cependant ouvert à la presse.

Le Premier ministre israélien a dit s’attendre à un plan “historique” de la part de Donald Trump, qualifié de “plus grand ami qu’Israël ait jamais eu”.

Les Etats-Unis ont présenté en juin le volet économique de leur plan, qui prévoit environ 50 milliards de dollars d’investissements internationaux dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans. Mais les détails concrets de ce projet restent l’objet de spéculations.

Selon les Palestiniens, le plan de paix américain comprend l’annexion par Israël de la Vallée du Jourdain, vaste zone stratégique de la Cisjordanie, et des colonies en Territoires palestiniens, ainsi que la reconnaissance officielle de Jérusalem comme seule capitale d’Israël.

Y aura-t-il un Etat palestinien dans la proposition américaine? Le mystère demeure. Mais Donald Trump et Jared Kushner ont refusé jusqu’ici d’utiliser le terme, rompant avec la position traditionnelle de la communauté internationale en faveur d’une solution “à deux Etats”.



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page