Un policier tué et deux blessés près du Capitole à Washington

Trois mois après l’assaut meurtrier du Capitole, un policier est mort et un autre a été blessé devant le siège du Congrès américain à Washington lorsqu’un suspect leur a foncé dessus en voiture, avant de brandir un couteau et d’être tué.

Des images de télévision ont montré un véhicule bleu écrasé contre une barrière de police dans la rue, et des blessés transportés dans des ambulances.

“Le suspect a percuté deux de nos agents avec sa voiture”, avant de heurter une barrière, a expliqué la cheffe de la police du Capitole à Washington, Yogananda Pittman.

L’attaque ne paraît pas liée au “terrorisme”, a précisé la police, et les élus du Congrès sont en vacances parlementaires cette semaine, mais certains membres de leurs équipes, des employés du Congrès, et des journalistes, étaient présents lors de ces faits, survenus en début d’après-midi.

“A ce moment-là, le suspect est sorti du véhicule avec un couteau à la main” et “a commencé à s’avancer vers les agents de la police du Capitole”, après quoi les agents lui ont “tiré” dessus, a-t-elle précisé, lors d’une conférence de presse. Un des deux agents blessés “a succombé”, a-t-elle indiqué, la voix brisée. Le suspect est “décédé”, a-t-elle annoncé.

La police n’a pas révélé l’identité du suspect, qui a brandi un couteau avant d’être abattu. Mais les médias américains ont affirmé qu’il s’agissait de Noah Green, un jeune homme noir âgé de 25 ans. Ils ont diffusé sa photo ainsi que celle de sa page Facebook, sur laquelle il exprimait sa sympathie pour le dirigeant du mouvement “Nation of Islam”, Louis Farrakhan, régulièrement dénoncé pour avoir tenu des propos antisémites.

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a ordonné de mettre les drapeaux en berne en hommage au policier décédé. Les faits se sont produits près d’un point de contrôle du côté du Sénat, là où entrent les parlementaires lorsque la chambre haute est en séance. La police a bouclé plusieurs avenues entourant le siège du Congrès “à cause d’une menace extérieure”.

L’enceinte du Capitole avait été placée sous très haute protection après l’attaque du 6 janvier, menée par des manifestants pro-Trump. Certaines des barrières de protection avaient été retirées récemment, et le périmètre de sécurité resserré autour du siège du Parlement américain.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page