Le dialogue politique libyen se déroule de manière positive et constructive

Le dialogue politique entre les délégations du Haut Conseil d’État libyen et du Parlement de Tobrouk se déroule de manière “positive et constructive” et d'”importants compromis” ont été obtenus, a affirmé à Bouznika, le représentant du Haut Conseil d’Etat libyen, Mohamed Khalifa Najm.

Les discussions, a-t-il ajouté, ont abouti à des compromis importants qui incluent l’établissement de normes claires tendant à éradiquer la corruption et la dilapidation des fonds publics et à mettre fin à l’état de division institutionnelle.

Dans une déclaration à la presse au nom des deux délégations, M. Najm a indiqué que le dialogue politique entre les deux délégations se déroule de manière positive et constructive, soulignant que les deux parties espèrent obtenir des résultats positifs et concrets susceptibles d’ouvrir la voie à l’achèvement du processus d’un règlement politique global dans tout le pays.

Entamées dimanche, les séances du dialogue libyen entre les délégations du Haut Conseil d’État et le Parlement de Tobrouk, qui vise à maintenir le cessez-le-feu et à ouvrir des négociations pour mettre fin aux conflits entre les protagonistes libyens, se sont poursuivies à Bouznika.

Au terme de la première journée, les deux délégations avaient exprimé leur ambition sincère de parvenir à un consensus qui mènera la Libye à bon port et mettra fin aux souffrances du citoyen libyen.

Intervenant en ouverture dimanche de ce dialogue, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, avait souligné que la dynamique positive observée dans le dossier libyen, consécutive notamment au cessez-le-feu et à la présentation d’initiatives par les parties libyennes, est susceptible de préparer le terrain pour avancer vers une solution à la crise libyenne.

M. Bourita avait insisté, à cet égard, que la solution à la crise libyenne repose sur trois principes fondamentaux, à savoir le patriotisme libyen, la conviction que la solution ne peut être que politique et la confiance à l’égard des capacités du Haut Conseil d’État libyen et de la Chambre des représentants libyenne, en tant qu’Institutions légitimes, de surmonter les épreuves et d’engager en toute responsabilité un dialogue dans l’intérêt du pays.

Ce dialogue intervient quelques semaines après la visite au Maroc du président du Haut Conseil d’État libyen, Khaled Al Mechri et du président du Parlement libyen, Aguila Saleh, à l’invitation du président de la Chambre des représentants du Maroc.

Depuis dimanche, des délégations parlementaires des deux camps se sont retrouvées dans la station balnéaire de Bouznika, près de la capitale Rabat. Il s’agit des premiers pourparlers directs depuis le cessez-le-feu annoncé par le gouvernement d’accord national (GNA) du Premier ministre Fayez al Sarraj, basé à Tripoli (ouest) et reconnu par l’Onu, et le pouvoir incarné par le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer