Le président tunisien accuse les partis politiques d’être derrière l’immigration clandestine

Le président tunisien Kaïs Saïed a déclaré aujourd’hui, lundi, que “quiconque pense pouvoir continuer à l’échange de la misère des jeunes et l’employer à des fins politiques est une illusion”.

Le président tunisien a condamné les agissements des trafiquants qui se livrent à l’organisation de l’immigration clandestine, qualifiant leurs activités d’ “acte criminel que l’Etat ne peut tolérer”.

Saïed a accusé les partis politiques d’être à l’origine de l’exacerbation de l’immigration illégale à travers les frontières maritimes du pays vers l’Europe.

Cela est venu dans un message envoyé par Saïed à certains partis politiques et dans une référence implicite à la mouvement de la Confrérie Ennahdha lors d’une visite au port maritime de Sfax (sud).

Le président Saïed était, dimanche, en visite d’inspection au port maritime de Sfax (sud-est), accompagné du Premier ministre désigné et ministre de l’Intérieur, Hichem Mechichi, selon un communiqué de la présidence tunisienne.

Saïed a, à cette occasion, souligné le rôle important dévolu à la Marine nationale, dans la lutte contre le phénomène de la migration irrégulière et a rappelé l’importance de la coopération entre les différents pays, afin de trouver de nouvelles solutions pour lutter contre ce phénomène.

Il a réaffirmé son attachement à la protection des côtes du pays, avec la même détermination et le même sérieux, tout en s’attaquant aux causes réelles qui poussent les jeunes à affronter le danger de ces voyages hasardeux.

“Il faut donner de l’espoir à la jeunesse tunisienne et l’encourager à créer des richesses dans son pays, afin de réduire la migration irrégulière”, a pour sa part déclaré Hichem Mechichi.

Et d’ajouter : “Notre but est de protéger notre jeunesse contre les dangers que représente le fait de prendre la mer pour poursuivre des rêves illusoires”.

Hichem Mechichi a déclaré que les autorités italiennes se sont engagées à combattre ce phénomène au moyen d’une approche sécuritaire axée sur l’aspect social et sur le développement.

“Nous avons doublé les moyens mis à la disposition de la Marine nationale à Sfax, en plus d’une unité aérienne pour la sécurité et la surveillance”, a également précisé le ministre de l’intérieur.

La fréquence de la migration irrégulière à travers les côtes tunisiennes vers l’Europe a augmenté depuis 2011, mais les autorités ont récemment resserré leur étau sécuritaire sur les organisateurs de cette migration.

Selon les chiffres officiels, 22 000 jeunes Tunisiens ont migré de façon irrégulière vers les côtes italiennes au cours de la seule année de 2011.

Au cours de la période récente, des vagues de déclarations se sont intensifiées entre Saeed et le mouvement des Frères Ennahdha, ce qui a incité ce dernier à lancer une campagne de dénigrement contre le président tunisien avec le soutien de la chaîne qatari Al-Jazeera.

Les observateurs estiment que le rôle qataro-turc en Tunisie a pris de l’ampleur ces dernières années, ayant atteint le niveau de plateformes médiatiques délibérées leur appartenant,ce qui leur a permis de menacer les dirigeants politiques tunisiens.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer