Tunisie: Avertissements sur la gravité de la situation économique et sécuritaire

Des personnalités politiques et sécuritaires tunisiennes ont mis en garde sur les réseaux sociaux sur la gravité de la situation en Tunisie, et s’inquiètent des risques de désintégration de l’Etat face à l’échec des gouvernements successifs à faire face aux crises économiques et à l’augmentation de la colère de la population en Tunisie, notant que “l’insécurité est à un jet de pierre”.

Depuis 2011, le pays est en proie à des gouvernements qui ont été la présence la plus importante du mouvement Ennahdha, et au cours de la dernière décennie a semblé échoué , et l’État est presque sur la voie de l’effondrement total.

Le ministre tunisien de la Défense, Ghazi Jeribi a écrit sur sa page que la situation est alarmante, le chaos total est à un jet de pierre, et l’autorité est dans le vent, est-ce que nous avons élu des dirigeants ou des fantômes .

Ce blog a soulevé l’interaction et les inquiétudes des pionniers du réseau virtuel, notamment à la lumière de l’expansion des manifestations en Tunisie et des sit-in persistants dans plus d’un gouvernorat, qui ont conduit à l’arrêt total de la production de phosphate et de pétrole.

Une crise confirmée par le ministre tunisien des Finances lors d’une session parlementaire, lorsqu’il a déclaré que la situation économique en Tunisie traversait une période critique, après la baisse des revenus de l’Etat d’environ 8 milliards de dinars, et que la Tunisie terminera cette année avec un déficit budgétaire de 11,4%, ce qui est un record.

Les militants tunisiens ont accusé le mouvement de la Fraternité Ennahdha et ses branches extrémistes, comme la Coalition Al-Karama, la cause directe de la détérioration de la vie politique tunisienne. L’Union générale tunisienne du travail a implicitement accusé la Fraternité de susciter des conflits entre les parties et d’aggraver la situation générale dans le pays.

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a déclaré que le syndicat est avec les protestations et les pressions positives, mais il n’acceptera pas de perturber les installations de production.

Dans un discours aux travailleurs, Taboubi a appelé à s’éloigner de la rhétorique de la haine, et a fait allusion aux partis islamiques derrière la perturbation de la production, soulignant que le syndicat ne resterait pas un spectateur.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page